Géopolitique des religions : quels enjeux en Asie ?

Pierre Montfraix

 Si l’on suit l’historien Fernand Braudel, le point d’équilibre des rapports de force du XXIème siècle devrait se situer en Extrême Orient. La place prééminente que prend la Chine dans les échanges mondiaux, sa volonté de projection de puissance autour de ses frontières, son emprise sur la plupart des pays voisins en sont probablement les premiers signes. De plus, dans cet espace extrême oriental s’étendant de l’Inde à la pointe de l’Indonésie et de la frontière Russe à la Tasmanie, se trouve non seulement concentrée la plus grande partie de la population mondiale, mais aussi deux des principales religions du monde (Islam, Christianisme) côtoyant d’anciennes religions orientales (Indouhisme, Boudhisme, Taoisme, Shintoisme, etc..). D’autre part, les rapports entre le religieux et le politique y sont très différents selon les pays. D’une religion officielle (Indonésie, Philippines) à l’ignorance des religions (Chine), d’une remobilisation de l’identité religieuse (Inde) au rejet d’une religion (Birmanie), l’action des religions dans le champ politique n’y est pas neutre.

En repartant de la définition de la géopolitique proposée dans le cours de l’an dernier (dont une synthèse sera proposée) , il s’agira ici d’analyser et d’expliciter la manière dont les différentes religions en place dans cet espace organisent leurs rapports et comment elles se déterminent face aux pouvoirs et aux enjeux politiques. Il sera nécessaire de commencer par un retour sur l’histoire de quelques religions méconnues de l’occident. Puis, on cherchera à analyser les enjeux et les stratégies mises en œuvre par les courants religieux de l’extrême Orient pour exister et se développer, tiraillés entre l’hypermodernité mondialisée du XXIème siècle et l’enracinement dans des traditions locales structurantes. On pourra enfin comparer la place et le rôle des religions dans des pays démocratiques et dans des régimes autoritaires.

Bibliographie provisoire : 

  • Valentine Zuber, Blandine Chelini-Pont, Roland Dubertrand, « Géopolitique des religions », Cavalier Bleu, 2019.
  • Alain Dieckhoff, Philippe Portier, « Religion et politique », Presses de Sciences Politiques, 2018.
  • Yves Lacoste, « Géopolitique des religions », revue « Herodote », 2002/3
  • Eric Seizelet (dir.), « Politique et religion en Asie orientale », Revue d’Etudes comparatives Est-Ouest, vol. 32, 2001, n°1.
  • Jean Paul Wilaime, « Sociologie des religions », Que Sais-je ? 2021
  • Vincent Goosaert et David A Palmer, « La question religieuse en Chine », CNRS éditions, 2012
  • Benoit Vermander, « Réveil religieux et sortie de la religion en Chine contemporaine », Perspectives Chinoises, 2009/4.
  • Andrée Feillard, « L’islam politique en Indonésie avant les élection de 2014 », Archipel volume 86, 2013.
  • André Laliberté, « Religions d’Asie de l’Est mondialisé, le rôle des Etats », Revue internationale de politique comparée, 2009/1, Vol. 16.
  • Susunu Shimazono,  « La laïcisation et la notion de religion au Japon », https://utcp.c.u-tokyo.ac.jp/publications/pdf/UTCPBooklet7_071-078.pdf
  • Moe Wada, « Le rapport Etat-religions au Japon et ses conséquences juridiques », Revue du droit des religions, 2021/11.
  • Rémi Madinier, « Indonésie, Vatican II au prisme du politique », Archives de sciences sociales des religions, juillet-septembre 2016, n°175.

Samedi 9h – 15h
Dates :
26 mars et 2 avril 2022

Crédits : 2 

Coût : 90 euros

Informations et inscriptions