Trois figures des « Filles de la Charité » 
 ou la spiritualité vincentienne au féminin

Professeur: Charles Martre
L’I.F.O. vous invite cette année à découvrir l’itinéraire humain et le cheminement spirituel de trois femmes d’exception qui se sont laissées « revêtir du christ » à travers la spiritualité vincentienne toute pétrie de compassion pour le Prochain souffrant .Ces trois saintes ont pour nom Sainte-Louise de Marillac 1591 -1660 , proche collaboratrice de saint-Vincent-de-Paul , elle fondera avec l’appui de ce dernier la compagnie des Filles de la Charité, communauté dont le style nouveau et original révolutionnera la vie religieuse féminine au XVIIe siècle.

Bienheureuse Rosalie Rendu 1786 -1856 , l’ange tutélaire de la Rue Mouffetard à Paris , femme de caractère à la charité inventive à l’infini ; c’est elle qui aidera en 1833 Frédéric Ozanam et ses jeunes compagnons à faire leurs premiers pas au service des pauvres à travers la Société de saint-Vincent-de-Paul qu’ils venaient de fonder .

Sainte Catherine labouré 1806-1876 , la voyante de la rue du Bac , messagère de la vierge marie à travers la diffusion jusqu’aux extrémités de la terre de la Médaille Miraculeuse ; petite de la charité , discrète et humble dont la vie ne sera qu’une offrande aux services des vieillards

Trois femmes, trois destins hors du commun dont le rayonnement est aujourd’hui toujours d’actualité. Un bel exemple bien compris d’un féminisme au cœur de l’Eglise.

 

page9image52568