Apport des Pères de l’Eglise à la théologie des religions

Le titre du cours peut, a priori, sembler paradoxal : les Pères de l’Eglise ont vécu dans les premiers siècles de l’ère chrétienne tandis que ce que l’on appelle « la théologie des religions » correspond à des principes, méthodes et développements théologiques nés dans le cadre très contemporain du dialogue interreligieux. Pourtant, d’une part il est manifeste que les Pères ont vécu dans des mondes largement confrontés au contact des religions ; leurs prédications et leurs divers traités présentent déjà des questions et des intuitions qu’il serait préjudiciable d’ignorer alors même que la lecture avec eux de l’Ecriture Sainte étonne parfois l’homme contemporain par sa richesse et son ouverture. D’autre part, il est frappant de constater que les développements principaux en théologie des religions doivent beaucoup à la redécouverte des Pères au XXe siècle et aux réflexions qu’elle a suscitées face aux courants presque exclusivement thomistes ou néo-thomistes qui régnaient dans l’Eglise. Ceci, jumelé avec un nouvel intérêt porté aux autres religions que manifeste déjà le Concile Vatican II, est sans doute l’occasion de recevoir les questions posées comme source de richesses pour tous dans un monde marqué par le pluralisme religieux. La théologie chrétienne est désormais habitée par la nécessité de trouver des réponses permettant d’assumer à la fois pleinement « l’unicité du mystère du Christ » (Claude Geffré) mais aussi la certitude révélée dans l’Ecriture que le Christ est venu « pour sauver tous les hommes » ; la foi en la Trinité divine, tout en étant question majeure dans le cadre du pluralisme religieux, est aussi clé fondamentale pour des avancées essentielles. On se trouve ici confronté à l’urgence pour le chercheur de Dieu d’élaborer des réponses nouvelles à des questions devenues brûlantes.

Professeur

Marie-Christine HAZAEL-MASSIEUX

Horaires et dates 

Le mardi de 18 h à 20 h
3 novembre 2015, 10 novembre 2015, 17 novembre 2015, 24 novembre 2015
1er décembre 2015 (attention 18 h –  21 h exceptionnellement), 15 décembre 2015
5 janvier 2016, 12 janvier 2016, 19 janvier 2016, 26 janvier 2016

21 heures – 90 euros – 4 crédits

Bibliographie

  • Aveline, Jean-Marc : L’Enjeu christologique en théologie des religions, Cogitatio fidei, n° 227, Cerf, 768 p.
  • Dupuis, Jacques : La rencontre du christianisme et des religions. De l’affrontement au dialogue, coll. « Théologies », Cerf, 2002, 410 p.
  • Fédou, 2013 : Les Pères de l’Eglise et la théologie chrétienne, Editions Facultés jésuites de Paris, 351 p.
  • Geffré, Claude, 2012 : Le christianisme comme religion de l’Evangile, Cerf, 351 p.
  • Hazaël-Massieux, Marie-Christine, 2011 : Dictionnaire contemporain des Pères de l’Église, Bayard, 970 p.
  • Jaffé, Dan,2010 : Le Talmud et les origines juives du christianisme. Jésus, Paul et les judéo-chrétiens dans la littérature talmudique, Cerf, 227 p.
  • Lubac, Henri de, 1967 : « Les religions humaines d’après les Pères », dans Paradoxe et mystère de l’Eglise, Paris, Aubier-Montaigne, 1967, pp. 120-167
  • Mimouni, S. Cl, 1998 : Le Judéo-christianisme ancien. Essais historiques, Paris, Ed. du Cerf.

 

Inscription

Isabelle CLERC
04 91 50 35 02
secretariatpedagogique@cathomed.cef.fr
cliquez pour s’inscrire en ligne

 

FICHE ECTS

Année et semestre : 2015-2016, premier semestre

Nombre de crédits et coéfficients : 4 crédits coefficient 1

Langue d’enseignement : français

Durée du cours : 21 heures

Évaluation du travail personnel de l’étudiant : travail écrit personnel à partir de quatre sujets proposés (au choix)

Modalité et durée de l’évaluation : quatre mois (durée du cours)

Objectifs de l’enseignement : Introduire les étudiants à travers la tradition de l’Eglise aux évolutions théologiques les plus contemporaines rendues nécessaires notamment par la rencontre quotidienne des autres croyants dans un monde marqué par le pluralisme religieux, mais aussi pour poursuivre les voies tracées par le Concile de Vatican II dont les intuitions prolongeaient celles des Pères et annonçaient les grandes lignes de la nouveauté constante d’une Eglise d’hommes nouveaux.

Pré-requis obligatoires :

Moyens pédagogiques utilisés : lectures, synthèses écrites et orales.

Les commentaires sont fermés